Actualités

Création d’un terrain d’activité physique adaptée pour personnes handicapées au CNRKR de Bujumbura

Le sport au service de la réadaptation au Burundi !!!

En décembre 2019, le programme "Appui au Développement de la Médecine Physique et Réadaptation au Burundi" (PAD-MPR) exécuté entre l’APEFE, le Ministère burundais de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida (MSPLS) et l’ONG burundaise "Conseil pour l’Education et le Développement" (COPED) a finalisé la construction d’un terrain d’activité physique adaptée pour les personnes handicapées au CNRKR de Bujumbura.
Le programme d’appui au développement de la Médecine Physique-Réadaptation au Burundi est financé par la Coopération belge.

Le "Centre National de Référence en Kinésithérapie et Réadaptation médicale" (CNRKR) de Bujumbura a démarré en janvier 2016 dans l’enceinte du Centre Hospitalo-Universitaire de Bujumbura avec l’appui technique et financier du PAD-MPR.
C’est une institution de référence nationale où travaille une équipe de 12 kinésithérapeutes formés au Bénin depuis 2008, encadrés par deux médecins spécialistes en MPR. Ce centre, géré par l’ONG COPED sur délégation du Gouvernement, délivre des soins de très bonne qualité et est réputé à Bujumbura. Sa présence a permis la création, en janvier 2019, à l’Institut National de Santé Publique (INSP) de Bujumbura, de "l’Ecole Nationale en Kinésithérapie et Réadaptation" (ENKR), toujours avec l’appui technique et financier du PAD-MPR.
 
Le terrain d’activité physique adaptée, construit sur le terrain du CNRKR, est conçu pour développer de nouvelles approches thérapeutiques basées sur l’activité physique de groupe
Depuis mars 2020, plusieurs groupes de patients souffrant d’hémiplégie après AVC ou de mal de dos chronique mènent un programme de rééducation basé sur ces nouvelles approches. 
Le protocole est exécuté sous la supervision de deux kinésithérapeutes burundais doctorants, Ildephonse Nduwimana et Félix Nindorera. Ceux-ci, initialement diplômés de Cotonou, ont effectué un master en kinésithérapie à l’UCL. Ils ont ensuite obtenu une bourse de WBI et de l’UCL pour faire un doctorat à l’UCL, tout en étant basés au Burundi.
Ils ont associé à leurs recherches des étudiants en éducation physique de l’Université du Burundi, ce qui ajoute une dimension interdisciplinaire à leurs travaux.
Ces recherches sont importantes pour le Burundi et pour l’Afrique en général. Ces pathologies handicapantes y sont très fréquentes et constituent un grand problème de santé publique.
A ce jour, les patients sont assidus et les séances se passent dans la bonne humeur générale. D’ici quelques mois les résultats des analyses commenceront à être publiés dans des revues scientifiques internationales.
S’il est prouvé que ces méthodes thérapeutiques en groupe améliorent significativement la vie des patients, cela permettra de proposer à ces pays à faibles revenus des solutions thérapeutiques efficaces et moins coûteuses que les classiques soins de kinésithérapie individuels, difficilement abordables pour la majorité de la population
 
Au départ, le CNRKR est conçu en tant que centre de soins et de formation
Son équipe de kinésithérapeutes et médecins est performante et délivre des soins de réadaptation à de nombreux patients. Le CNRKR permet aussi le renforcement des capacités d’autres kinésithérapeutes et médecins burundais qui viennent s’y perfectionner en cours d’emploi. D’ici début 2021, le CNRKR va accueillir la première promotion des étudiants de l’ENKR qui débuteront leurs stages de 3ème année. 
 
Mais le CNRKR acquiert à présent une dimension universitaire
En mai 2020, le CNRKR a été placé sous la tutelle du Ministère de l’Education Nationale et de la Recherche Scientifique (MENRS). Il acquiert ainsi une dimension universitaire et va se rapprocher de la faculté de médecine de l’Université du Burundi, qui a récemment créé son "Département de Médecine Physique et Réadaptation". Cela signifie que, dans le futur, des médecins burundais pourront se spécialiser en MPR à la Faculté de Médecine, en effectuant leur formation pratique sur le plateau technique du CNRKR. Celui-ci devra cependant encore se développer pour être en mesure d’acceuillir ces formations de spécialité médicale.
 
Le CNRKR a ainsi vocation à devenir un centre de recherche en réadaptation
Ces travaux de recherche sont les premiers menés sur un échantillon de patients du CNRKR. Le Burundi est déjà réputé pour sa culture du sport en groupe pour les valides. Si les résultats de ces recherches sont positifs, les protocoles de réadaptation par activité physique de groupe commenceront à être développés au quotidien au CNRKR. Cela contribuera à donner au Burundi une place de leader dans la recherche et le développement des soins de réadaptation en Afrique.
 

Dernière mise à jour
13.08.2020 - 10:31
Retour