Vous êtes ici

La danse contemporaine de Wallonie-Bruxelles s'exporte à Marrakech !

Simon Thiérrée - Le Cauchemar de Darwish - cliquer pour agrandir
Simon Thiérrée - Le Cauchemar de Darwish / Copyright J. Van Belle - WBI
Pendant 7 jours, du 18 au 24 mars, trois compagnies de Wallonie-Bruxelles ont participé à la 13è édition du Festival International de danse contemporaine "On Marche" de Marrakech. Rencontre.

Rassemblant plus d'une vingtaine de projets artistiques, l'édition 2018 du Festival "On Marche" se veut qualitative et ouverte au plus grand nombre. Avec des spectacles résolument tournés vers la création contemporaine dans ses formes les plus multiples, l'édition de cette année s'est déroulée principalement dans l'espace public. 
 
Au fil des éditions, "On Marche" reste fidèle à son essence première, un festival nomade agissant dans plusieurs lieux pour renforcer le paysage culturel marocain. 
 
Dans le cadre de l'année Maroc 2018, Wallonie-Bruxelles International et Wallonie-Bruxelles Théâtre/Danse se sont associés au festival en proposant à 3 compagnies de danse de Wallonie-Bruxelles de participer à la programmation "On Marche" (commissariat de ce focus danse: Nedjma Hadj - Benchelabi/Ad'Hoc Platform).
 
Mercredi 21 mars, Ayelen Parolin et Lisi Estaràs (Wallonie-Bruxelles) ont proposé "La Esclava". Avec pour titre sa propre date de naissance, 25/06/76, le premier solo d'Ayelen Parolin créé en 2004 prend les traits d'une singulière autofiction chorégraphique, le matériel de base n'étant rien d'autre que des fragments de créations qui ont traversé son parcours de danse. Un seule-en-scène dans lequel une femme, comme hantée: accaparée par elle-même, engoncée dans ses héritages multiples, cherche à extirper/exhumer sa propre histoire, son identité et son rapport au monde... 
 
Jeudi, sur la célèbre place Jemaa el Fnaa à Marrakech, c'était au tour de Ben Fury et de Simon Thiérrée (Wallonie-Bruxelles) avec "Le cauchemar de Darwish" de nous proposer leur spectacle. Un danseur, un violoniste et ses machines. Une pièce enveloppante, non-didactique, sur une entente possible, une fraternité évidente. Cette pièce en mouvement avec musique live mêle les background respectifs des deux artistes: la break-dance pour Ben et les musiques traditionnelles, classiques et jazz pour Simon. Ils portent également tous les deux des influences du Proche-Orient, de la danse et de la musique contemporaine. 
 
Samedi 24 mars, toujours sur cette superbe place gorgée de soleil, Mauro Paccagnella/Cie Wooshing Machine (Wallonie-Bruxelles) et ses "copains de scène" ont joué "Magnificient 4". Il s'agit d'un rituel rythmique et chorégraphique à base de claps sur les jambes et les mains. Un décalage s'opère et le rituel devient l'écho de la ville, conduisant au fur à mesure à une transe libératrice. Le public présent sur la place était conquis; il s'est amusé à répéter les mêmes gestes que les 4 artistes dans une ambiance tonitruante !
 
C'est aussi ce jour-là que le Président du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Philippe Courard, était présent à l'invitation du Président du Parlement marocain. 
 
Pendant ces 7 journées de festival, des compagnies marocaines, françaises, tunisennes, belges et italiennes se sont produites dans différents lieux de Marrakech. Pour toutes ces compagnies, le Festival "On Marche" est une opportunité d'élever la danse contemporaine au rang d'Art vivant national et international. 
 
Visionnez le reportage photos réalisé à Marrakech, du 22 au 25 mars !
 
 
 
 

Dernière mise à jour

28/03/2018

Service

Tags

Festival

Pays

Maroc

Continent

Afrique