Vous êtes ici

Déjà 50 ans de Foire internationale du Livre de Bruxelles

Déjà 50 ans de Foire internationale du Livre de Bruxelles - cliquer pour agrandir
copyright J. Van Belle - WBI
Mi-février à Tour et taxi, la foire du livre fêtait son 50è anniversaire. Plutôt que les rides, c’est son renouveau qui est manifeste. La foire a évolué avec son temps, les technologies numériques et a su s’ouvrir à d’autres formes d’expressions.

Le temps du livre

Dès la séance d’ouverture dans un magnifique palais des imaginaires, le ton est donné. Si 50ans d’existence est souvent l’occasion de regarder le chemin parcouru, pour la Foire du Livre, il s’agit plutôt de se projeter dans le futur. Et à travers cette projection, s’interroger sur la place qu’occupera le livre dans les prochaines décennies. Un exercice qui correspond assez bien à la philosophie de la Foire de Bruxelles et aux choix réalisés par ses organisateurs ces dernières années.
 

Le pari réussi de la gratuité

Impossible, dangereux, irréaliste… la proposition de rendre gratuit l’accès à la foire avait pourtant suscité une certaine méfiance pour bon nombre d’observateurs. Aujourd’hui, la gratuité d’accès à la Foire est devenue une réalité. Ce choix stratégique a demandé de repenser complètement son modèle économique, son organisation et son rapport au public.

 

Attirer de nouveaux publics, s’ouvrir aux autres formes d’expression

La gratuité était pensée comme un moyen d’attirer un plus large public, mais cette démarche d’ouverture va en réalité beaucoup plus loin. Le palais des imaginaires donne déjà le ton : un concert dessiné de Kid Noize associe musique, dessin et effets visuels sur un écran géant. Ce dispositif nous fait découvrir toute la subtilité de l’univers du désormais incontournable DJ belge. L’homme à la tête de singe est présent pour la sortie de son premier tome de Bande dessinée et profite de l’occasion pour emmener les publics de la musique et du livre dans une expérience particulière. Ici, le trait prend du sens et donne vie à des personnages qui font découvrir, en gros plan, à un public captivé, l’essence même de l’acte du dessinateur Otocto. Un Palais des imaginaires qui sort les auteurs et le public du confort du livre pour offrir une formule artistique hybride, un subtil mélange des genres qui crée un univers particulier. Par une configuration scénique polyvalente, le palais peut à la fois accueillir des débats, des spectacles visuels, des lectures musicales jusqu’au concert dessiné de Kid Noize et Otocto pour un public survolté.
 

Se retrouver à travers la culture, plus qu’un souhait, une dimension politique

Alors que partout autour de la planète, on observe de nombreuses tendances au repli sur soi, la culture Belge se démarque une fois de plus par une démarche à contre-courant. C’est notamment par un accord culturel entre les communautés flamandes et françaises (francophone de Belgique) que ces retrouvailles se matérialisent. La Flandre est d’ailleurs à l’honneur cette année à la foire par le label « Un flirt flamand » qui propose un programme qui réunit des auteurs du nord et du sud pays.
 

La promotion des auteurs et éditeurs de Wallonie-Bruxelles à l’international

C’est donc dans ce contexte exceptionnel que Wallonie-Bruxelles International a eu le plaisir d’accueillir des journalistes étrangers afin de leur présenter les talents francophones de Belgique. Une riche diversité, un esprit belge assumé et une bonne dose de convivialité ont su séduire ce public particulier. A leurs yeux, une pépite d’espoir et de bonne humeur qui contraste violement avec une morosité générale du contexte international.