Vous êtes ici

Formation sur les bonnes pratiques d’hygiène quant à la transformation du lait au Sénégal

 Programme Jigeen Ñi Tamit- ©APEFE - cliquer pour agrandir
©APEFE
Le Programme Jigeen Ñi Tamit mis en œuvre au Sénégal par l’APEFE accompagne les entreprises féminines dans les régions de Louga et de Thiès et dans les filières de transformation des fruits et légumes, du lait et de l’halieutique.

La semaine du 18 au 22 mars, l’équipe en charge du renforcement des capacités techniques s’est rendue à Dahra, dans le département de Linguère, pour dispenser une formation sur les bonnes pratiques d’hygiène aux bénéficiaires actives dans la transformation du lait. Effectivement, la région de Louga est une des plus grandes productrices de lait du pays.
 
Le premier jour, après la cérémonie d’ouverture en présence des autorités administratives et locales et de l’administratrice de programme de l’APEFE, la formation a démarré. Chacune des 16 bénéficiaires a exprimé ses attentes en perspective de la formation et a rempli une grille d’auto-évaluation de ses connaissances, laquelle grille servira en fin de formation à mesurer les acquis effectifs.
 
La formation se veut complète, avec une application pratique de la théorie enseignée. Il s’agit d’abord d’expliquer ce qu’est l’hygiène, d’en décrire les différents principes et ensuite d’appliquer ceux-ci à la situation particulière de la transformation du lait. Le formateur de l’APEFE a prévu tous les accessoires et outils pour exemplifier ses propos aux participantes.
 
Après une application sur elles-mêmes, celles-ci ont montré à leurs collègues la tenue requise pour respecter les normes d’hygiène et l’ordre dans lequel il faut l’enfiler, comment assurer une propreté impeccable à l’aide de balais et serpillères, comment se laver les mains pour éliminer tous les microbes, etc.
 
Plusieurs ateliers ont été également organisés pour encourager les femmes à être autonomes: un premier consacré au plan de nettoyage et désinfection des surfaces et du matériel, un second axé sur les normes d’hygiène à respecter à chaque étape du processus de transformation du lait pasteurisé, du lait caillé et du yaourt. Les femmes se sont montrées très enthousiastes ; elles ont pour la plupart suivi de nombreuses formations, mais celles-ci se limitaient souvent à la théorie, sans opportunité d’application pratique.
 
La semaine a été ponctuée par une visite de la laiterie Largal, située à Dahra et dotée d’une infrastructure développée. Ce fut à nouveau l’occasion de mettre en pratique la théorie apprise lors de la formation, en l’occurrence la « marche en avant », concept de circulation des produits et des personnes dans une unité de transformation.
 
Par groupe de 4 ou 5, le formateur a guidé les femmes dans la laiterie, en prenant garde à ce qu’elles enfilent la tenue adéquate en pénétrant dans le bâtiment, et leur a expliqué le circuit et les normes d’hygiène à respecter dans une laiterie développée. Effectivement, il existe un parcours précis à respecter, chaque pièce ayant sa fonction particulière ; par exemple celle de la transformation, dotée de plusieurs machines et réchauds. Pour chaque pièce, Moussa a rappelé les règles et l’importance de suivre la « marche en avant » pour éviter les contaminations. La plupart des bénéficiaires ne possédant pas ce type d’infrastructure mais transformant dans une pièce à l’arrière de leur boutique ou de leur logement, ce fut également l’occasion de voir les infrastructures d’une laiterie de taille importante régie par des normes d’hygiène de construction et d’implantation définies.
 
Après quatre journées complètes, les participantes sont retournées dans leur unité de transformation satisfaites, riches de nouvelles connaissances. Elles ont formulé de nombreux remerciements pour cette formation qui leur aura permis d’apprendre énormément et surtout d’exécuter concrètement les bonnes pratiques d’hygiène qu’elles pourront désormais appliquer lorsqu’elles transformeront le lait.
 
 
 

Dernière mise à jour

10/04/2019

Pays

Sénégal

Continent

Afrique