Vous êtes ici

Grand succès autour des "Cités obscures" de Schuiten et Peeters en Suisse

François Schuiten et Benoît Peeters - cliquer pour agrandir
François Schuiten et Benoît Peeters
Le talent belge de la bande dessinée se dévoile dans l’exposition « Mondes (im)parfaits ».

Les cités obscures de François Schuiten et Benoit Peeters ont dévoilé toute leur magie, leur finesse comme leur puissance, lors du vernissage de l’exposition « Mondes (im)parfaits », présentée à la Maison d’Ailleurs, à Yverdon-les-Bains.
 
70 planches originales ou dessins de la série mythique de la bande dessinée Les Cités obscures font plonger le public dans un univers parallèle et imaginaire, en utilisant des références architecturales du monde réel et contemporain.
 
Lors de l’ouverture, en présence des auteurs, des personnalités et d’un public venu en nombre, Fabienne Reuter, Déléguée générale Wallonie-Bruxelles en Suisse a mis en avant l’originalité de la scénographie et des œuvres des deux créateurs belges, souligné leur force créatrice et la puissance de l’imaginaire de leur œuvre. Elle a manifesté la satisfaction et la fierté de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et de sa Délégation générale, de pouvoir participer en tant que partenaire de cet événement. Elle s’est réjouie également de la rencontre entre artistes belges et suisses à travers cette magnifique exposition. Elle a ensuite souligné l’importance de la Bande dessinée, un art à part entière !
 
Le travail scénographique, conçu par François Schuiten, se présente dans neuf salles qui ont été transformées en îles utopiques et dystopiques en faisant interagir les œuvres de Schuiten et Peeters avec le patrimoine du musée et les installations de trois artistes suisses.
 
Le directeur de la Maison d’Ailleurs, Marc Atallah, a précisé que l’exposition porte sur « la question des mondes idéaux ou cauchemardesques, ou sur l’entre-deux ». Il s’agit de « Mondes (im)parfaits » qui cherchent à interpeller le public sur le lien indissociable qui existe entre l’utopie et la dystopie. En effet, dans le remarquable livre qui accompagne l’exposition, Peeters explique que Les Cités obscures sont « la rencontre d’un dessin qui tirerait vers l’utopie et d’une narration en mouvement qui se pencherait vers la dystopie ».
 
Le public pourra découvrir cette exposition, à la fois complexe et fascinante, jusqu’au 25 octobre 2020. 
 
Articles parus dans la presse suisse :

Dernière mise à jour

05/12/2019

Service

Culture

Pays

Suisse

Continent

Europe