Vous êtes ici

Quand Wallonie-Bruxelles expose ses talents en Chine

 - cliquer pour agrandir
"Convex/Concave: Belgian Contemporary Art"
Dans le cadre de la mission princière qui s'est déroulée en Chine en ce mois de novembre, deux expositions mettant en avant des artistes de Wallonie-Bruxelles ont été inaugurées à Shanghai et Pékin.

"Convex/Concave: Belgian Contemporary Art"

Le Centre d'art contemporain TANK Shanghai accueille l'exposition "Convex/Concave: Belgian Contemporary Art", organisée avec le Centre d'art contemporain WIELS de Bruxelles, jusqu'en février 2020.
 
L’exposition, soutenue par Wallonie-Bruxelles International, rassemble 15 artistes belges contemporains, talents émergents et artistes reconnus, appartenant aux 3 régions de Belgique. Parmi eux, Francis Alÿs, Harold Ancart, Jacques Charlier, Michel François, Anne Veronica Janssens, Valérie Mannaerts et Sophie Whettnall relèvent de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Entre exubérance et introversion se crée une dynamique convexe/concave, à laquelle fait écho la manière dont les artistes imaginent et illustrent l’équilibre entre l’individu et le monde. La capacité d’observer le réel profane et tangible, avec grande précision et sens du détail, au lieu de faire appel à des grands systèmes philosophiques, abstraits ou conceptuels, est une caractéristique que les artistes belges partagent avec les artistes chinois. L’exposition développe le dualisme convexe/concave entre une vision du monde extériorisée, axée sur les relations, et une vue protectionniste, tournée vers l’intérieur.
 
Le vernissage de l’exposition a eu lieu en présence de S.A.R. la Princesse Astrid de Belgique.
 

"Encrée en matière"

Le Musée de l’Université de Tsinghua à Pékin (le TAM), propose quant à lui l'exposition "Encrée en matière", dédiée à l'artiste bruxellois Antoine Mortier et accessible également jusqu'en février 2020.
 
Cette exposition réunit une sélection importante d’œuvres grand format d'Antoine Mortier, exécutées à l’encre de chine sur papier, entre 1949 et 1980. Elles mettent en avant la précision du geste de l'articte, qui se rapproche de la calligraphie chinoise. Le langage privilégié par Mortier n’est pas celui des mots mais bien celui des signes qu’il délivre sur la toile ou le papier. A chacun d’entrer en connexion avec la puissance qui se dégage de ces constructions charpentées, déployées par une main devenue habile à force de travail.
 
Organisée par l’ASBL Antoine Mortier et le Fonds Antoine Mortier auprès de la Fondation Roi Baudouin, l'exposition est soutenue par Wallonie-Bruxelles International et parrainée par la  Fondation Roi Baudouin et la Chambre de commerce belgo-chinoise.