Vous êtes ici

Quentin Wilbaux, l’architecte tournaisien des riads de Marrakech

Quentin Wilbaux - © J. Van Belle - WBI - cliquer pour agrandir
Quentin Wilbaux - © J. Van Belle - WBI
Originaire de Tournai et architecte de formation, Quentin Wilbaux vit depuis plus de 30 ans dans la médina de Marrakech. C’est là qu’il s’est particulièrement intéressé aux maisons traditionnelles appelées "Riads".

Quentin Wilbaux est l'un des premiers étrangers et l’un des meilleurs spécialistes de l’architecture marocaine. Il y a 30 ans, il a dressé un inventaire de ce que la médina contenait encore de belles demeures. Il a donc tracé des plans et photographié ces maisons. Face à la dégradation de ces riads, due à un manque d’entretien, de rénovation mais aussi au morcellement de ces magnifiques propriétés, Quentin Wilbaux a décidé d’agir et de sauver ce patrimoine architectural.

Qu’est-ce qu’un riad ?

« Un riad est à l’origine un jardin entouré de murs. Sa structure géométrique est basée sur une division en quatre parties symétriques. L’eau y tient le rôle symbolique, mais essentiel, au centre de la composition sous forme de bassin ou de fontaine. Cette eau est ensuite distribuée par canaux apparents, ou souterrains, vers les parterres. Ce modèle de jardin est commun à toutes les traditions architecturales du monde arabo-musulman. À Marrakech, le modèle du jardin clos a servi de base à celui de la maison et s’est confondu avec elle. La plupart des maisons traditionnelles de la médina de Marrakech étaient construites autour d’un jardin planté d’orangers. Quatre parterres entouraient une fontaine. Les pièces, souvent sur un seul niveau, entouraient ce jardin. Il s’agissait donc bien de riads »

En 1993, la restauration de "Dar El Qadi" dans la plus pure tradition marocaine a été un vrai déclencheur. Et depuis cette première expérience réussie, toutes les rénovations sont réalisées dans l’esprit de la tradition architecturale marocaine et plus spécialement marrakchie, en faisant appel aux artisans et maâlems qui emploient encore les méthodes ancestrales. Ces techniques exigent du temps, car l'acheminement des matériaux - en charrette ou à dos d'âne dans les étroites ruelles de la médina - n'est pas facile. A ce jour, plus de 137 riads ont été rénovés à l’authentique par Quentin Wilbaux. 

Son dernier projet, soutenu par WBI, est axé sur la méthode de l’orthophotoplan. Cette technique aide à la réalisation et l’utilisation d’un plan 3D détaillé qui permet aux architectes une meilleure définition des caractéristiques de ce qui est à analyser pour une meilleure rénovation des lieux, notamment en médina. Le projet est axé sur la protection du patrimoine de Marrakech et l’utilisation des matériaux spécifiques de la région dans une optique de développement durable.

Wallonie-Bruxelles International et le Ministère de la Culture marocain soutiennent ensemble le projet "Marrakech-Tournai MAP 3D" de réalisation de cartes 3D de la ville de Tournai et de la médina de Marrakech par des chercheurs de l’Université Catholique de Louvain et de l’Ecole Nationale d’Architecture de Marrakech. Cette initiative permet aux chercheurs des deux établissements d’enseignement supérieur de mieux appréhender l’urbanisme et l’architecture des lieux pour favoriser une meilleure gestion du patrimoine. Quentin Wilbaux pilote ce projet innovant pour le compte de la Faculté d’Architecture de l’UCL et veille à l’implication d’étudiants belges et marocains dans l’analyse de ces données nouvelles.

Dernière mise à jour

27/08/2018

Pays

Maroc

Continent

Afrique