Vous êtes ici

Alzheimer : L’institut François – Jacob trouve des solutions pour empêcher la mort des neurones

Les travaux publiés le 10 janvier 2019 sur l’EMBO Journal par des chercheurs du Laboratoire des maladies neurodégénératives de l’institut Français - Jacob identifient les cibles des agrégats des protéines qui contribuent à l’avancement de maladies comme Parkinson et Alzheimer. Ces recherches ont été conduites en collaboration avec l'Ecole normale supérieure, la Sorbonne et l'Inserm.
 
L’agrégation de la protéine Tau, dans le cas de l’Alzheimer, et de l’alpha-synucléine, dans le Parkinson, se doit à la progression de ces maladies. Ces agrégats, ensuite, se propagent d’une cellule à l’autre, se lient aux cellules et se multiplient, en contribuant ainsi à l’évolution des maladies.
 
L'équipe du Laboratoire des maladies neurodégénératives a d’abord identifié les cibles de ces agrégats pathogéniques dans le cas de la protéine alpha-synucléine et a, ensuite, réalisé le même travail pour la protéine Tau. Pour cette dernière, il s’agit de pompe sodium/potassium et des récepteurs du glutamate qui sont fondamentales pour la survie des neurones.
 
Ces agrégats pathogéniques modifient la membrane des neurones et entrainent une mauvaise communication entre eux en causant ainsi le dysfonctionnement précoce des synapses. Des nouvelles thérapies centrées sur la protection et restauration de l’intégrité synaptique sont donc en phase de test en collaboration avec le laboratoire I-Stem et la Sorbonne université.

Pour plus d'informations