Vous êtes ici

Batteries lithium-lion: une étude met en avant le fort potentiel du Québec

Propulsion Québec, la grappe des transports électriques et intelligents, a présenté une étude sur l’important potentiel provincial en matière de développement de la filière des batteries lithium-lion. L’étude, réalisée par KPMG, procède à une analyse du marché mondial des batteries lithium-ion et du recyclage des batteries en fin de vie, en plus d’émettre des recommandations pour le développement de ces filières stratégiques au Québec.
 
Si la province dispose d’avantages comparatifs lui permettant de prétendre occuper une place importante au sein de la chaîne d’approvisionnement mondiale -  présence de matières premières essentielles à la fabrication des batteries, l’accès à l’hydroélectricité, etc. -, les auteurs soulignent néanmoins que la fenêtre d’opportunité pour que le Québec se positionne est courte, d’autres pays s’étant déjà démarqués dans ce secteur.
 
Parmi les forces de recherche et de développement technologique dans le domaine des batteries lithium-ion au Québec, l’étude met notamment en avant:

  • Le Centre d’excellence en électrification des transports et en stockage d’énergie d’Hydro-Québec
  • Le Conseil national de recherches du Canada qui dispose d’installations à Boucherville, avec la mise sur pied d’un groupe de recherche axé sur la filière du lithium visant à développer et à soutenir la chaîne d’approvisionnement canadienne de matériaux à valeur ajoutée pour les applications dans le domaine des batteries lithium-ion.
  • Plusieurs universités dont McGill (travaux du Professeur P. Demopoulos sur les batteries auto-chargeantes par exemple), l’université de Montréal (travaux du Professeur Dollé sur un nouveau procédé pour le recyclage de batteries de véhicules électriques), etc.
  • Certains Centres collégiaux de transfert de technologies ont une activité et une expertise liées aux batteries et aux véhicules. On peut citer le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales (CNETE), le Centre de technologie minérale et de plasturgie (CTMP) et l’Institut du véhicule innovant (IVI), qui a développé une expertise et livré plusieurs projets liés aux batteries, à l’électrification de véhicules, et maintenant, à l’autonomisation de véhicules.