Vous êtes ici

La consommation de thé provoque des changements épigénétiques chez les femmes

Des chercheurs de l’Université d’Uppsala ont récemment démontré que la consommation de thé entraînait chez les femmes des modifications épigénétiques influençant l’expression des gènes impliqués dans le métabolisme des oestrogènes et dans le développement de cancers. Cette étude publiée dans Human Molecular Genetics n’a pas mis en lumière les mêmes modifications chez les hommes, ni dans le cas de la consommation de café. Cette étude tendrait à démontrer que les effets bénéfiques du thé sur la santé seraient obtenus par l’intermédiaire de l’épigénétique. L’impact exact sur la santé des modifications identifiées par les chercheurs suédois n’a cependant pas été mesuré à ce stade.

Plus d'infos

Contact : Henri SPRIMONT, Agent de liaison scientifique pour la Suède : henri.sprimont@uadm.uu.se